Lancer la vidéo

Concert

Musicaa Lee

Lee Konitz, Georges Schuller, Jeremy Stratton

Enregistré à : Dynamo de Banlieues Bleues - Pantin


Retrouvez le saxophoniste américain Lee Konitz dans un concert privé, accompagné par Georges Schuller à la batterie et Jeremy Stratton à la contrebasse. Imprévisible et novateur, cette référence du jazz a coutume de dire : « Quand je commence un chorus et que je m'aperçois que j'ai déjà joué cela, je m'arrête tout de suite. »

Tout public

Résumé

Lee Konitz est un saxophoniste de jazz américain, l’un des premiers saxophonistes alto à se libérer du modèle Be-Bop et de l’influence de Charlie Parker (son ami par ailleurs). Il fait ses premiers pas dans le Cool Jazz en 1946, avec le pianiste Lennie Tristano qu’il considère comme l’inventeur du mouvement. À 87 ans, devenu une véritable légende du jazz, il interprète pour nous ses standards dans un concert privé, accompagné par Georges Schuller à la batterie et Jeremy Stratton à la contrebasse.

Ce projet est parti d’une réflexion menée avec le musicien et compositeur Jean-Louis Mechali : créer une collection de films musicaux dédiée aux musiciens et compositeurs vivants, témoins ou acteurs privilégiés des mouvements qui ont fait irruption dans la musique de ces 110 dernières années. Alors que souvent ce sont toujours les mêmes artistes qui sont encensés et promus, nous nous attachons à mettre en lumière ceux qui sont restés dans l’ombre, mais ont indubitablement marqué leur époque : les Stars de l’ombre (Hidden stars). S’ils sont parfois hélas peu connus du grand public, ils ont le respect de leurs pairs, pour lesquels ils sont pour le moins des références, voire des guides.

LEE KONITZ fait partie de ceux-là

Ce qui singularise Lee Konitz, saxophoniste virtuose blanc, c’est qu’il émerge à l’époque du Be-Bop, dans l’est des États-Unis où officiaient les plus grands novateurs noirs (Parker, Davis, Monk, etc.). Dans l’immédiat après-guerre, le Be-Bop naît et se développe sur la côte est des États-Unis. Et tous ses acteurs principaux sont des musiciens noirs. Le Jazz est sorti des ghettos, Harlem n’en est plus l’épicentre à New York. Des clubs naissent, comme le Five Spot, le Birdland, le Blue Note, etc…, et ils sont situés en plein Midtown de Manhattan.

La trajectoire de créateur de Lee Konitz est exceptionnelle et sans concession aucune. À une époque où tous les saxophonistes jouaient dans le sillage et le style de Charlie Parker, il poursuivit dans une veine propre, avec un son et un phrasé reconnaissable dès les premières notes.

Aujourd’hui encore, alors que Lee va vers ses 88 ans, son style évolue et sa musique est étonnamment jeune et fraîche. Moins spectaculaires que celles de Charlie Parker, John Coltrane ou Ornette Coleman, les innovations de Konitz apportèrent une contribution non moins importante à l’histoire du Jazz. Il est le dernier illustre représentant de la génération du Jazz moderne.

Découvrez avec nous la diversité de toutes les scènes tout en contribuant à un modèle éthique de rémunération des ayants-droit