Concert

Sonate d'Automne - Kara Karayev

Vadim Repin, Murad Huseynov


Un enregistrement exclusif des "24 Préludes pour Piano" du compositeur Azerbaidjanais Kara Karayev interprêté par le duo violon/piano Vadim Repin et Murad Huseynov.

Tout public

Résumé

Kara Karayev (1918-82) a été l’une des personnalités les plus significatives de la musique azerbaïdjanaise. Premier compositeur de ce pays à atteindre la reconnaissance internationale, il peut également être compté parmi les plus grands représentants de ce qu’on appelle la «musique soviétique». Cette création, tournée avec un matériel de cinéma, propose un enregistrement exclusif des 24 Préludes pour Piano, reflétant l’évolution des choix du compositeur, à un moment où il était au sommet de sa puissance créatrice.

Kara Karayev est la figure de proue de la musique azerbaïdjanaise après la Seconde Guerre mondiale. Il étudie le piano à la Bakou Technical School of Music (1930-1935), puis au Conservatoire d’État d’Azerbaïdjan. En 1938, il entre au Conservatoire de Moscou, après quoi il devient l’élève de composition de Chostakovitch. Pendant la guerre, il écrit un opéra héroïque et patriotique, Veten (Patrie), qui a remporté un Prix d’État en 1946. Pour son diplôme, il compose sa Deuxième Symphonie (1946), qui, bien qu’influencée par Chostakovitch, marque cependant l’émergence de sa propre personnalité.

La clarté pittoresque de la pensée de Karayev et son sentiment profond pour la musique dramatique s’affichent dans le ballet Sept Beautés. Ces principes dramatiques de travail compositionnel se rapprochent de ceux de Tchaïkovski et Prokofiev, particulièrement dans le développement symphonique. Tout le matériel thématique est organisé d’une manière manifestement structurelle et le ballet combine les images fantastiques, lyriques et psychologiques, le tout mêlé à des scènes de danses folkloriques dans un mouvement impétueux et coloré. En outre, la libre utilisation de formules rythmiques de danses nationales et le soutien mélodique et harmonique, donnés par la modalité populaire, révèle l’implication esthétique du compositeur avec le folklore. Parmi les compositions instrumentales de Karayev, les 24 Préludes pour piano sont remarquables par leur concision et leur concentration. Le cycle, bâti sur des formes polyphoniques, décrit une seule ligne de développement.

Dans une certaine mesure, ce travail, composé entre 1951 et 1963, reflète l’évolution du style de Karayev en général. Son intérêt sans relâche pour les musiques de différents peuples et son développement enthousiaste des moyens d’expression de la musique contemporaine conduisent à un degré d’universalité.

Profitez de notre offre

7 jours gratuits pour découvrir nos programmes